2018 – 2021 Europe Creative

L’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences est partenaire du projet European ARTificial Intelligence Lab (nov. 2018 – oct. 2021) financé par le programme Europe Créative de l’Union Européenne et porté par Ars Electronica aux côtés de 12 structures culturelles issues de 11 pays européens.

PartenairesArs Electronica – leader du projet (Autriche), Zavod Kerniskova/Kappelica Gallery (Slovénie), Center of promotion of science (Serbie), Laboral Centro de arte y creacion industrial (Espagne),  Trinity college/Science Gallery (Irlande), Hexagone Scène Nationale Arts Sciences/Atelier Arts Sciences – Grenoble (France) – Lieu Unique Nantes,  SOU Festival (Géorgie),  Gluon (Belgique),  The culture Yard/Click festival (Danemark), Ariona Hellas SA/Onassis Cultural Center (Grèce),  Waag Society (Pays-Bas),  Fundación Zaragoza Ciudad del Conocimiento (Espagne).

Les êtres humains sont d’ores et déjà munis d’outils technologiques intelligents et l’IA a déjà changé notre quotidien. Les dernières avancées en matière d’IA sont stupéfiantes et l’investissement des grandes entreprises les font évoluer de manière exponentielle. Le deep learning, les réseaux de neurones, les algorithmes, les robots, les assistants numériques, les objets connectés sont autant d’innovations technologiques qui vont radicalement transformer nos sociétés et ce, de manière encore inconnue. De ces évolutions, naissent une confrontation nécessaire et des questionnements fondamentaux sur notre identité et notre existence.

Le projet ARTificial Intelligence Lab souhaite proposer au public des sujets de réflexion scientifiques et technologiques liés à l’IA dans l’objectif de contribuer à une société critique et réflexive. Il s’agit de pouvoir explorer et analyser les aspects culturels, philosophiques, psychologiques et spirituels liés aux évolutions que représente l’IA, avec la volonté de dépasser les seuls enjeux technologiques ou économiques. Le Consortium a décidé de mettre en relation des artistes, des centres de recherches et des scientifiques pour réduire le décalage qu’il existe aujourd’hui entre les questionnements politiques et les impacts sociaux que font surgir toutes ces avancées technologiques majeures. Comment pouvons-nous accompagner les citoyens pour qu’ils deviennent des penseurs indépendants et critiques, des esprits ouverts aux innovations tout en ayant le recul suffisant pour interroger leur pertinence ? Comment pouvons-nous faire participer l’ensemble de la société aux décisions politiques relatives à l’art, à la culture et à la science afin que nous puissions tous contribuer à inventer une Europe réflexive, inclusive et durable ?
Les artistes ont la capacité de poser un regard disruptif sur la société et d’inventer de nouveaux usages. C’est pourquoi la place de l’artiste est centrale dans ce projet.

Ainsi, treize acteurs culturels, issus de onze pays européens, proposeront un large panel d’activités artistiques, culturelles et éducatives, se déclinant sous la forme d’expositions, de laboratoires, de performances, d’ateliers, de colloques, de résidences. Ils offrent ainsi une diversité d’approches et de représentations de l’IA.
L’ensemble des propositions favorisera le travail interdisciplinaire, la mobilité transnationale et les échanges interculturels.
Au total, le projet proposera près de 221 activités dont 26 résidences, 22 expositions, 23 ateliers, 9 performances et 32 programmes de conférences.

À Grenoble, ce projet européen s’est traduit par :

1 RÉSIDENCE ART SCIENCE

Le projet artistique
G5 interespèces est un spectacle qui a été présenté à l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences de Meylan dans le cadre d’EXPERIMENTA, la Biennale Arts Sciences en février 2020. Pour ses recherches et le développement de sa création, Rocio Berenguer revient en résidence à l’Atelier Arts Sciences.
Pour ce projet, elle a travaillé en collaboration avec Léopold Frey.
+ D’INFO : G5


2 SÉMINAIRES PROFESSIONNELS
  •  L’intelligence artificielle
    Cette première séance exploratoire a eu lieu les 7 et 8 mars 2019 à l’Atelier Arts Sciences.
    Ce séminaire est portée par le projet Européen « European Artificial Intelligence Lab » lancé par Ars Electronica et débuté en novembre 2018. Il réunit 13 structures culturelles, dont l’objectif pendant 3 ans est de proposer un panel d’activités autour de l’IA.
    Lire le Compte-rendu
  • L’intelligence Artificielle & Le langage
    Cette deuxième séance exploratoire
    a eu lieu les 01 et 02 juin 2021 à la Maison de la musique de Meylan et à l’Atelier Arts Sciences.

    Lire le Compte-rendu

2 CONFÉRENCES INTERNATIONALES
  • IA IA ! Imagianires des artistes et informatique avancée
    JE 13 FÉV 2020 > 15H30 > 16H45 – lors d’EXPERIMENTA, le forum
    Auditorium Grenoble INP
    Traduction simultanée Français / Anglais
    Comment les artistes s’emparent-ils de l’IA ?
    Solution magique aux grands maux de ce monde pour certains, prémices d’une apocalypse écologique, sociale et morale pour d’autres. Fantasme, compagnon du quotidien de certains, ennemie du libre arbitre et de la liberté pour d’autres, l’IA est partout et ne laisse personne indifférent. Tous les champs de recherche sont concernés par ses avancées. De l’objet au sujet, de l’outil au propos, la création artistique s’empare aussi de l’IA, de manières tout aussi variées que la multitude d’imaginaires qu’elle convoque. Entre démystification, éloge, critique et autres approches, les artistes représentent une clé de voûte pour comprendre toutes ces ambivalences. Longtemps protagoniste des ouvrages de science-fiction, tant dystopiques qu’utopiques, l’IA est depuis longtemps pensée par les artistes. Comment s’en emparent-ils ? Comment modifie-t-elle leur regard et façonne-t-elle leur travail ? Quelles nouvelles techniques, approches, outils, démarches artistiques en découlent ?

    Intervenants
    Birk Schmithüsen, artiste audiovisuel (Speculative Artificial Intelligence) – Anna Ridler, artiste (Mosaic Virus) – Cecilie Waagner Falkenstrom, artiste (Artificial Intelligence Mary)

    Animateur
    Andreas Broeckmann, historien de l’art et conservateur, professeur invité d’histoire de l’art et de théorie des médias à l’Académie des Beaux-Arts de Leipzig.

    Présenté dans le cadre du projet European ARTificial Intelligence Lab co-financé par le programme Europe Créative de l’Union Européenne et par IDEX – UGA.

  • C’est pas moi, c’est l’IA
    VE 14 FÉV 2020 > 10H30 > 11H45 – lors d’EXPERIMENTA, le forum
    Auditorium Grenoble INP – Traduction simultanée Français / anglais

    Comment lutter contre l’amplification des discriminations par l’IA ?
    Pourquoi les IA peuvent-elles conduire à des pratiques discriminatoires liées au genre ou à l’origine ethnique, sociale, géographique ? Les algorithmes qui constituent sur nos IA ne sont pas neutres. Ils ne font qu’apprendre ce qu’on leur donne à voir. Ils peuvent être affectés de nombreux biais qui ont des effets discriminatoires sur les individus. Ainsi, lorsqu’on affirme qu’une IA prend des décisions, c’est en fait le résultat d’une chaîne de décisions quasi instantanées qui va de la production de l’algorithme à son utilisation.
    L’IA se répand dans des secteurs toujours plus vastes de notre vie. Alors, comment accompagner son développement pour la rendre plus juste et plus égalitaire et prévenir toutes pratiques discriminatoires qui pourraient émerger ?

    Intervenants
    Patrick Loiseau, chercheur INRIA et membre du laboratoire informatiquede Grenoble. Co-titulaire de la Chaire «Intelligence Artificielle Ethique et Responsable » à l’Institut Multidisciplinaire d’Intelligence Artificielle de Grenoble (MIAI) – Vytautas Jankauskas, artiste, designer, membre du Collectif Cached (Cached) – Marie Lorphelin, Juriste INRIA

    Animatrice
    Claire Richard, auteure, journaliste, traductrice, rédactrice en chef Digital Society Forum

    Présenté dans le cadre du projet European ARTificial Intelligence Lab co-financé par le programme Europe Créative de l’Union Européenne et par IDEX – UGA.



UN CAHIER

Sortie programmée en novembre 2021.
Ce cahier reçoit l’aide du MIAI, de deux chercheurs qui se sont emparés de sa thématique : Jean-Luc Schwartz – GIPSA-LAB et Jean-Pierre Chevrot – UGA

36 actions culturelles

 

logo_ai-lab.png

logo_creative_europe.png