Danielle Martinigol

Après une immersion au sein des laboratoires de recherche du CEA spécialisés sur l’énergie (Liten), Danielle Martinigol en résidence à l’Atelier Arts Sciences a proposé un texte Chaleur fatale imaginant un monde futuriste où nos rapports à l’énergie et aux ressources se retrouvent métamorphosés, désormais régis par un système dominateur ultra-puissant qui ré-invente les mécanismes de production, stockage, consommation et partage de l’énergie…

CHALEUR FATALE
La nuée de Déloria était agaçante ce matin-là. À chaque foulée de la joggeuse, la masse de brume qui accompagnait la jeune femme s’étirait tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche comme si le petit nuage voulait chatouiller alternativement ses joues.
Gênée par ce mouvement de balancier, Déloria agita les mains pour chasser l’intruse. La brume réagit et se ramassa en une forme ovale et stable à trente centimètres au-dessus de sa tête. Déloria approuva. Voilà qui était mieux. Depuis quelque temps sa nuée prenait un peu trop de liberté. Façon de parler pour un phénomène dont les habitants de Térévoa ignoraient totalement dans quelle catégorie le ranger. Animalité ? Climatologie ? Personne ne savait ce qu’étaient les nuées.

Lire la suite>>>Téléchargez le texte